Toutes les références sur Françoise Dolto (psychanalyste)


Françoise Dolto, née le 6 novembre 1908, dans le 16e arrondissement de Paris, et morte le 25 août 1988 dans le 5e arrondissement de la même ville, est une pédiatre et psychanalyste française. Elle s’intéresse particulièrement à la psychanalyse des enfants et à la diffusion des connaissances dans le domaine de l’éducation des enfants dans de nombreux écrits et particulièrement dans des émissions radiodiffusées qui ont contribué à la faire connaître du grand public.
Françoise Dolto est la mère de Catherine Dolto-Tolitch (sociologue et médecin généraliste).

Les conceptes majeurs de Françoise Dolto
Françoise Dolto fut une fervente militante de la « cause des enfants », faisant de l’enfant en souffrance et de ses rapports avec la mère son domaine de prédilection.

Plusieurs concepts majeurs ressortent de ses œuvres :

l’enfant est une personne ;
tout est langage (gestes, regards…) ;
le « parler vrai » : ne pas mentir à un enfant car « on ne peut mentir à l’inconscient, il connaît toujours la vérité ». « L’enfant a toujours l’intuition de son histoire. Si la vérité lui est dite, cette vérité le construit » ;
l’image inconsciente du corps : pour elle, les dessins des enfants représenteraient leur propre corps ; la prise de conscience de son propre corps est une étape de la structuration du sujet et de l’individuation.
le « complexe du homard » : métaphore employée par Dolto pour représenter la crise d’adolescence ; l’adolescence n’est pas simplement le travail de l’adolescent, et les crises d’adolescence sont une étape nécessaire ; l’adolescence, c’est chuter pour mieux remonter.

L’enfant au centre de son travail
La phrase « le bébé est une personne », qu’on lui attribue et qu’elle n’a en fait pas prononcée, est en réalité le titre d’une série d’émissions consacrées aux bébés réalisées par un psychiatre, Tony Lainé, et un journaliste, Daniel Karlin, diffusées en 1984. Si elle ne prête pas la conscience inhérente au principe de personne au bébé, elle n’en défend pas moins, tout au long de sa carrière, l’idée que l’individu est un sujet à part entière dès son plus jeune âge.

De ce fait, elle souligne l’importance de la parole que l’adulte peut adresser à l’enfant sur ce qui le concerne, parole qui peut l’aider à construire sa pensée.

Ainsi, pour Dolto, l’enfant peut être psychanalysé très tôt en tant qu’individu. L’enfance a ainsi un rôle fondamental dans le développement de l’individu.

Claude Halmos dans le documentaire Françoise Dolto dit : « L’apport essentiel de Françoise Dolto est de dire que l’enfant est à égalité d’être avec un adulte et que ce faisant il est un analysant à part entière. »

Elle considère qu’avant même que l’enfant possède un véritable « langage », l’être humain étant par essence communicant, il communique déjà, à sa façon, par le corps. Par exemple : apprendre à marcher, ou même à se déplacer à quatre pattes, c’est commencer à vouloir s’affranchir des parents et exprimer un début de désir d’indépendance. Elle analyse les rapports enfants-parents, et notamment l’origine du complexe d’Œdipe et l’importance du rôle du père dès les premiers jours. À travers le père, l’enfant comprend qu’il n’est pas tout pour sa mère, ce qui entraîne un rapport de frustration et permet l’individuation.

Dans La Difficulté de vivre, elle explique comment répondre à un enfant qui pose des questions autour de sa naissance. Elle accorde une grande importance à la parole dans la construction des individus.

Sa thèse
Elle s’intéresse essentiellement à la psychanalyse de l’enfance et soutient sa thèse Psychanalyse et pédiatrie en 1939. Elle y explique le rôle de l’affect comme support de l’intelligence et porteur de l’expression des troubles. Elle détaille son développement en fonction des castrations « symboligènes » successives (castration des symboles d’états infantiles compensée par la maturation, par exemple l’échange verbal ou pré-verbal qui compense la tétée). Les séparations ont un effet symboligène : elles permettront aux zones érogènes de devenir des lieux de désir et de plaisir. Par exemple, le sevrage est la première castration orale ; celle-ci modifie la valeur symbolique de l’objet-mère, sans le faire disparaître, à condition que la mère introduise aussi, par le langage, le bébé dans le monde social et qu’elle puisse devenir la mère que le bébé retrouve.

Elle y explique que la connaissance de cette maturation psychique est indispensable à la pédiatrie. Cette thèse soulève de vives réactions : elle est soit dénigrée avec force, soit profondément respectée, comme par Jean Rostand qui, après l’avoir lue, veut la rencontrer et lui déclare qu’il n’a jamais rien lu d’aussi intéressant depuis Freud. C’est chez lui qu’elle fera connaissance de son futur mari.

Le complexe du homard de Françoise Dolto
Le complexe du homard est une formule inventée par Françoise Dolto pour représenter la crise d’adolescence. « L’enfant se défait de sa carapace, soudain étroite, pour en acquérir une autre. Entre les deux, il est vulnérable, agressif ou replié sur lui-même ». Mais « ce qui va apparaître est le produit de ce qui a été semé chez l’enfant », avertit Dolto. Il s’agit donc de l’évolution qui va se faire de l’adolescent vers l’adulte.

Les parents devraient donc voir les crises explosives comme une preuve qu’ils ont rempli leur contrat, les repères éducatifs s’avérant suffisamment souples pour « sauter » au bon moment. À l’inverse, si les parents sont trop rigides, l’adolescent restera prisonnier de sa carapace et désarmé face à la dépression.

La Maison Verte
La Maison verte, nommée au départ « Petite enfance et parentalité », a été créée en 1979, à Paris, à l’initiative d’une équipe (cinq psychanalystes et éducateurs : Pierre Benoit, Colette Langignon, Marie-Hélène Malandrin, Marie-Noëlle Rebois et Bernard This) dont faisait partie Françoise Dolto. C’est un lieu d’accueil d’enfants de moins de quatre ans, accompagnés de leurs parents ou d’autres personnes chargées d’eux, et même les futurs parents.

Françoise Dolto souhaitait faire de la Maison verte « un lieu de rencontre et de loisirs pour les tout-petits avec leurs parents. Pour une vie sociale dès la naissance, pour les parents parfois très isolés devant les difficultés quotidiennes qu’ils rencontrent avec leurs enfants. Ni une crèche ni une halte-garderie, ni un centre de soins, mais une maison où mères et pères, grands-parents, nourrices, promeneuses sont accueillis… et leurs petits y rencontrent des amis. » C’est « un lieu en partenariat avec les parents dans la sécurité de l’anonymat, qui n’a rien à voir avec un accueil anonyme, mais tout à voir avec l’idée de ne pas observer, ni évaluer les enfants».

Ce projet, auquel elle est attachée jusqu’à la fin de sa vie, perdure aujourd’hui. Chaque Maison verte est autonome, organisée en association loi 1901 et souvent financée par des fonds publics (DDASS, PMI, caisses d’allocations familiales, communes, régions, etc.).

Le concept fait florès (près de dix mille enfants et parents y passent chaque année) et se développe dans différentes villes de France, avant d’essaimer à l’étranger : on en trouve à Saint-Pétersbourg, à Moscou, à Barcelone, à Bruxelles, mais aussi en Suisse, en Argentine et au Canada. Chaque lieu invente son nom propre (Maison ouverte, à Bruxelles, Maisonnée, à Strasbourg).

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Françoise Dolto de Wikipédia en français (auteurs)

 Auteurs.  Lien vers cette page.