OU


Deuil

 Thèmes.  Lien vers cette page.

Le deuil est une réaction et un sentiment de tristesse éprouvée à la suite de la mort d’un proche. Souvent associé à la souffrance, le deuil est aussi considéré comme un processus nécessaire de délivrance, nommé résilience. Lorsqu’un événement provoque une crise dans la vie d’un individu, un changement radical est opéré dans la situation établie jusqu’alors. Il possède aussi le sens de « perte définitive » d’un objet auquel un individu peut tenir.

Le deuil est un processus actif, dit « faire le deuil ». L’individu en deuil peut sembler ataraxique, et souffrir d’un état dépressif plus ou moins intense, mais un cheminement intérieur se fait. Dans un premier temps, il n’est donc pas simple de distinguer ce qui en est positif pour la personne.

Elisabeth Kübler-Ross a élaboré un modèle qui est très diffusé, sans qu’il ait été cependant démontré scientifiquement. Il fait l’objet de nombreuses transpositions et adaptations très contestées. Il s’agit d’un cycle théorique composé de cinq étapes :Choc, déni : cette courte phase du deuil survient lorsqu’on apprend la perte. La personne refuse d’y croire. C’est une période plus ou moins intense où les émotions semblent pratiquement absentes. La personne affectée peut s’évanouir et peut même vomir sans en être consciente. C’est en quittant ce court stade du deuil que la réalité de la perte s’installe.Colère : phase caractérisée par un sentiment de colère face à la perte. La culpabilité peut s’installer dans certains cas. Période de questionnements.
Marchandage : phase faite de négociations, chantages…
Dépression : phase plus ou moins longue du processus de deuil qui est caractérisée par une grande tristesse, des remises en question, de la détresse. Les endeuillés dans cette phase ont parfois l’impression qu’ils ne termineront jamais leur deuil car ils ont vécu une grande gamme d’émotions et la tristesse est grande.
Acceptation : Dernière étape du deuil où l’endeuillé reprend du mieux. La réalité de la perte est beaucoup plus comprise et acceptée. L’endeuillé peut encore ressentir de la tristesse, mais il a retrouvé son plein fonctionnement. Il a aussi réorganisé sa vie en fonction de la perte.

Les cinq phases ci-dessus peuvent être linéaires mais il arrive souvent qu’un endeuillé puisse faire des retours en arrière avant de recommencer à avancer. Une bonne façon de traverser un deuil est de comprendre ce que l’on vit et de partager ses sentiments et émotions avec des proches ou des gens qui vivent également un deuil. Ces étapes ne se succèdent pas forcément. Il ne s’agit pas d’un mécanisme inévitable. Certaines personnes peuvent quitter un deuil et passer à l’ultime étape de liberté d’action, sans que les sentiments qu’elles pouvaient porter puissent être considérés comme négligeables.

Le deuil est une réaction personnelle et collective qui peut varier en fonction des sentiments et des contextes. Cette réaction commence par le déni et se termine par une acceptation plus ou moins libérée du sentiment d’attachement qu’éprouvait l’endeuillé.

Dans tous les cas, pour que le processus du deuil devienne actif, la condition est que le changement soit non-désiré. S’il s’agit d’un suicide, si le décès est espéré, si la rupture est attendue, le deuil est soit déjà passé, soit il n’y a pas lieu de parler de deuil, soit il viendra à retardement… Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Deuil de Wikipédia en français (auteurs)

Un deuil mal vécu ou mal suivi peut engendrer une psychose.

Téchnique/méthode pouvant convenir (liste non exhaustive) :


  1.     

  2.     

  3.     

  4.