à  
Connexion

Faire le deuil d’un membre de la famille qu’on ne côtoie plus

 Actualité.  URL de cette page.

Lorsque des membres de la famille qu’on ne côtoie plus tombent malades ou meurent, nous sommes confrontés à des choix difficiles.

La maladie ou le décès d’un membre de la famille éloigné peut présenter l’un des moments les plus vexants pour ceux qui sont coupés de cette personne et/ou d’autres membres de la famille.

Lorsque j’ai interrogé les personnes éloignées pour mon livre, Brothers, Sisters, Strangers: Sibling Estrangement and the Road to Reconciliation, les personnes interrogées qui avaient vécu ou essayé d’anticiper leurs sentiments à propos de la maladie ou de la mort d’un proche perdu de vue ont exprimé une profonde confusion :

 

“Quand j’ai appris que ma sœur était décédée, je n’ai rien ressenti. Nous n’avions plus parlé depuis des mois. Je ne ressens rien. Aucun sentiment de vide ou de perte.”

 

“Je n’ai pas parlé à mon frère de 81 ans depuis quatre ans. Que dois-je faire quand il meurt ? S’il décède avant moi, dois-je aller à l’enterrement ?”

 

“Mon frère est un étranger pour moi. Il ne m’a jamais aimé, réconforté ou soutenu. Je ne pense pas que je prendrais la peine d’aller à ses funérailles.”

 

Lorsqu’ils sont confrontés à la mort d’un proche qu’ils ne côtoient plus, certains sont aussi choqués et submergés par le chagrin que le sont les proches du/de la défunt/e qui ont maintenu un lien étroit. Pour compliquer les choses, une couche supplémentaire de perte et de regret afflige certaines personnes en deuil éloignées. La mort ferme la porte à toute réconciliation possible ; les pensées de « si seulement » et de « je souhaite » peuvent tourmenter une sœur ou un frère éloigné.
 
“Même les relations amoureuses et connectées suscitent généralement des regrets”, explique le rabbin Elliot Kukla, la première personne ouvertement transgenre à être ordonnée par un séminaire juif réformé, qui travaille dans un hospice à San Francisco. «Nos vies ne sont pas parfaites et encore moins en fin de vie; nous sommes des êtres désordonnés et complexes. C’est encore plus vrai en cas d’éloignement. Avoir un regret n’est pas la même chose qu’avoir fait le mauvais choix.
 

Beaucoup se demandent quoi faire pour reconnaître leur perte. Lorsque le rideau final est sur le point de tomber sur une relation fraternelle, certains se sentent obligés de prendre des mesures. Le rabbin Kukla avertit que contacter un membre de la famille, qu’on ne côtoie plus, avant qu’il ne meure peut ne pas être productif.

 
“D’après mon expérience de service aux personnes en soins palliatifs”, blogue-t-il, “vous êtes tout aussi susceptible de regretter ce que vous faites à la hâte que ce que vous ne faites pas par prudence. Un mal énorme peut être fait, à la fois à la personne mourante et à sa famille, si elle se reconnecte par peur du regret. Une visite qui rouvre de vieilles blessures peut apporter plus de regrets que pas de visite du tout.
 
Le rabbin Kukla suggère qu’il pourrait être plus utile d’écrire une lettre ou un poème ou d’envoyer des photos de vous-même à ce proche que vous ne côtoyez plus et qui est en train de mourir. Une lettre n’a pas besoin de tout dire – et si elle dit “tout”, le meilleur choix peut être de ne jamais l’envoyer.

 

 

Aller ou ne pas aller à l’enterrement

Des funérailles familiales soulèvent des questions encore plus épineuses. Quelles sont mes obligations envers le défunt et la famille lorsque nous ne nous sommes pas parlé depuis des décennies ? Dois-je me présenter aux funérailles ? Dois-je envoyer des fleurs ou présenter mes condoléances ? Si oui, à qui ?

 

Il est pratiquement impossible de généraliser sur la réponse émotionnelle ou la meilleure ligne de conduite lorsqu’un frère ou une sœur qu’on ne côtoie plus meurt. Sœur Renee Pittelli, mentor en rétablissement d’enfants adultes et défenseure des victimes, et fondatrice d’un groupe de soutien en ligne appelé Luke 17.3 Ministries, a mené l’une des rares enquêtes posant la question d’assister aux funérailles d’un parent qu’on ne côtoie plus.

 

Elle a constaté que seuls quatre des 72 répondants qui ont rempli son questionnaire ont déclaré qu’ils assisteraient aux funérailles d’un membre de la famille avec qui ils ont coupé les ponts. La plupart ne se sentaient pas obligés

d’aller aux funérailles ou de soutenir les autres membres de la famille, peu importe depuis combien de temps ils avaient été séparés ou qui avait mis fin à la relation. Ceux qui n’y sont pas allés ont dit qu’ils n’avaient aucun regret. Certains s’attendaient à être critiqués ou jugés pour leur absence, mais ils ont dit que cela n’affecterait pas leur décision. Sœur Pittelli explique que les familles s’attendent souvent à ce que les proches pleurent n’importe quel parent, même si le défunt était un agresseur.

 

Le rabbin Kukla recommande que les proches qui n’assistent pas aux funérailles organisent eux-mêmes une sorte de service commémoratif pour se souvenir du défunt.

 

 

Il y a différentes approches quand un proche qu’on ne côtoie plus meurt

Même compte tenu des avertissements ci-dessus, une femme a découvert qu’elle était en fait capable de guérir de vieilles blessures sur le lit de mort de son frère. Lorsqu’elle a été confrontée à sa maladie en phase terminale, elle a senti qu’elle ne pouvait plus l’ignorer. Leur éloignement a commencé lorsqu’elle a signalé à la police qu’un autre frère l’avait agressée sexuellement. Le frère en phase terminale a pris le parti de son agresseur et a menti à la police. Par conséquent, elle l’a coupé de sa vie.

 

Après avoir renoué avec son frère sur son lit de mort, le frère a expliqué pourquoi il avait menti. Il s’est excusé et elle lui a pardonné. Finalement, il est décédé dans ses bras et leur réconciliation finale lui a apporté réconfort et paix.

 

De même, la blogueuse Traci Foust a choisi de rendre visite à sa sœur, avec qui elle avait coupé les ponts, en phase terminale avant de mourir. Dans un essai émouvant intitulé “Ce que j’ai dit à ma sœur sur son lit de mort”, Foust, qui n’avait pas parlé à sa seule sœur depuis 12 ans, décrit ce que cela faisait de la voir une dernière fois alors qu’elle gisait avec la jaunisse, maigre et à peine capable de respirer :

Ce passé irréparable a fait de nous de lâches ignorants. Ma sœur tenait à peine en vie… « Tiens-moi », fut la dernière chose qu’elle dit… J’enroulai tout le devant de mon corps contre le sien, me faufilant au travers de sa maladie, essayant de rattraper toutes ces années que nous avions gâchées.

 

L’expérience de Foust est un récit édifiant et un rappel important que les frères et sœurs qui se sont perdus de vue doivent réfléchir à ce qu’ils ressentiront lorsqu’un frère ou une sœur mourra et anticiper comment ils géreront la perte, avant que les circonstances ne prennent les décisions à leur place.

 

 

References
[1] Kukla, Rabbi Elliot, (Dec. 2, 2019) “Grieving when you’re estranged from your family.” https://thebodyisnotanapology.com/magazine/when-theres-no-hollywood-end…
[2] Sister Renee Pittelli, Luke 17:3 Ministries, accessed August 19, 2020, www.luke173ministries.org
[3] Traci Foust, “What I Said to My Estranged Sister on Her Deathbed,” MamaMia, October 22, 2013, www.mamamia.com.au/said‐estranged‐sister‐deathbed/

 

Image de Freepik

 

 



LesPraticiens.fr