à  
Connexion


Vidéo > Des chercheurs de l’Unige ont découvert que les abus laissent une trace biologique dans l’ADN des victimes

 Vidéos.  permalink.


Au centre de recherche Universitaire de Genève, le Dr. Ariane Giacobino a démontré qu’un traumatisme laisse une “cicatrice” dans l’ADN de la victime. Cette cicatrice se transmet jusqu’à 3 générations. D’où l’intérêt de soigner les victimes autant au niveau corporel, émotionnel, mental que spirituel.