à  
Connexion

Etude sur la douleur chronique: lien entre la psychologie, la sociologie et les neurosciences

 Actualité.  URL de cette page.

Malgré sa prévalence, les scientifiques ne savent pas pourquoi certaines personnes développent une douleur chronique. Une nouvelle étude aborde cette question sous tous les angles, en explorant le rôle de l’argent et de l’esprit.

Selon les centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), la douleur chronique touche environ 1 adulte sur 5 aux États-Unis. Près de la moitié de ces personnes signalent que la douleur limite souvent leurs activités quotidiennes.

Les scientifiques ont lié la douleur chronique à, entre autres, la dépendance aux opioïdes, à l’anxiété, à la dépression et à une qualité de vie réduite.Au fil des ans, les chercheurs ont tenté de comprendre la douleur chronique en l’appréhendant sous différents angles.

Par exemple, certains ont exploré les aspects sociologiques de la douleur chronique [1], recherchant des facteurs de risque sociétaux tels que le revenu inférieur ou le statut professionnel.

D’autres ont examiné le rôle des traits psychologiques. Par exemple, selon les auteurs de la dernière étude, certaines études plus anciennes ont conclu que le catastrophisme de la douleur et de la peur de la douleur sont toutes deux “de puissants prédicteurs de la douleur chronique”.

En fait, les auteurs expliquent que beaucoup considèrent les facteurs psychologiques comme «de meilleurs prédicteurs de l’invalidité liée à la douleur chronique que la blessure elle-même».

Cependant, peu d’études ont tenté d’associer psychologie, activité cérébrale et facteurs économiques.

 

Le lien

La dernière étude, publiée dans la revue PLOS Biology [4], a pour objectif de lier les liens et de formuler un moyen de développer une vision plus holistique de la douleur chronique.

L’équipe a tout d’abord évalué la manière dont les traits psychologiques liés à la douleur chronique interagissaient avec les types de personnalité généraux. Deuxièmement, ils ont utilisé des examens IRM fonctionnels (IRMf) pour déterminer s’ils pouvaient identifier des modèles d’activité liés à la douleur chronique.Troisièmement, comme les chercheurs ont déjà déterminé que les facteurs socioéconomiques jouent un rôle dans la douleur chronique [5], ils les ont ajoutés à l’équation.

Les scientifiques ont pris les données [6] d’un essai contrôlé randomisé incluant des personnes souffrant de douleurs chroniques au dos. Tous les participants ont rempli des questionnaires détaillés recueillant des informations sur les traits de personnalité et les facteurs socioéconomiques.

Pour l’étude, 62 participants ont visité le laboratoire à six reprises; à quatre reprises, ils ont subi une IRMf à l’état de repos. Quarante-six autres participants ont rempli les questionnaires mais n’ont pas subi d’analyse cérébrale

Les analyses IRMf à l’état de repos mesurent l’activité cérébrale lorsqu’une personne n’est pas engagée dans une tâche cognitive. Ces analyses fournissent des informations sur l’organisation fonctionnelle du cerveau.

Les auteurs de l’étude ont trouvé quatre groupes de caractéristiques, ou dimensions, parmi les participants. Deux de ces dimensions, qu’ils ont nommées Douleur et Emotion, semblaient particulièrement influentes.

 

Caractéristique de la douleur et caractéristique de l’émotion

La dimension de la douleur englobe les facteurs traditionnels : tels que le catastrophisme de la douleur et de la peur de la douleur. Les personnes ayant cette dimension étaient plus susceptibles de faire état d’une douleur plus intense.

La dimension « émotionnelle », cependant, a semblé être protectrice; cette dimension inclut l’optimisme, des niveaux plus bas de névrotisme et une capacité de pleine conscience.

Selon les auteurs, la dimension Emotionnelle “semble compenser et contrecarrer l’impact émotionnel négatif de la douleur chronique”.

Suite de l’article plus bas.

Ce type d’article vous intéresse? Ne ratez plus aucun article en les recevant directement par email.
Remplissez ici vos coordonnées et recevez la newsletter mensuellement.

* information requise






 

Ces dimensions se reflétaient également dans les examens IRMf à l’état de repos et correspondaient à ce que les auteurs appellent un “neurotrait”. Ces neurotraits semblaient être stables et les chercheurs les ont observés dans les quatre balayages du cerveau.

Les réseaux activés dans le cadre de ces neurotraits ne se limitaient pas aux zones du cerveau qui traitent la douleur. Au lieu de cela, ils se sont étendus à des régions que les scientifiques pensent jouer un rôle dans le catastrophisme, par exemple.

 

Le rôle du revenu

L’équipe a découvert que les personnes à revenu élevé étaient protégées contre la douleur chronique. Les personnes à faible revenu ont déclaré des scores de douleur plus élevés et une invalidité accrue. Ces résultats font écho à ceux de travaux antérieurs similaires.

Par exemple, une étude [7] portant sur le rôle de la stabilité financière dans l’expérience de la douleur chronique chez les personnes interrogées a conclu que “les difficultés économiques étaient associées non seulement à une plus grande exposition aux soucis financiers quotidiens, mais également à une plus grande vulnérabilité à la douleur les jours où les difficultés financières ont été vécues. ”

Comme l’expliquent les auteurs de la nouvelle étude, cette relation avec le revenu pourrait être due à d’autres facteurs qu’ils n’ont pas abordés dans cette étude, tels que l’éducation, la politique et la culture.

 

Quoi qu’il en soit, ils concluent que les résultats renforcent l’idée que “l’expérience de la douleur chronique est non seulement ancrée dans la biologie mais également intimement ancrée dans la société”.

 

Les auteurs notent plusieurs limites à cette étude. Par exemple, ils ont exclu les personnes souffrant de dépression modérée ou grave qui, selon eux, pourraient “limiter la généralité” des conclusions.

Dans les prochaines études, les chercheurs voudraient ajouter plus de profondeur à leurs questionnaires; cette étude n’a pas pris en compte un large éventail de facteurs potentiellement importants, tels que l’environnement de travail, l’état matrimonial et l’accès aux soins de santé.

En outre, l’étude n’incluait qu’un petit nombre de participants, tous souffrant de maux de dos chroniques. Il est possible que les résultats ne s’étendent pas à l’ensemble de la population ni à d’autres types de douleur chronique. Cependant, ces résultats offrent un point de départ pour des recherches ultérieures; l’approche de l’équipe fournit un nouveau moyen d’enquêter sur cette condition mal comprise.

 

[1] Epidémiologie de la douleur chronique et sa pertinence clinique (Chronic pain epidemiology and its clinical relevance). O. van Hecke, N. Torrance, B. H. Smith. BJA: British Journal of Anaesthesia, Volume 111, Issue 1, July 2013, Pages 13–18,
[2] Perspectives théoriques sur la relation entre le catastrophisme et la douleur. (Theoretical perspectives on the relation between catastrophizing and pain.). Department of Psychology, Dalhousie University, Halifax, Nova Scotia, Canada : Sullivan MJ1, Thorn B, Haythornthwaite JA, Keefe F, Martin M, Bradley LA, Lefebvre JC.
[3] Évitement de la peur et ses conséquences sur les douleurs musculo-squelettiques chroniques: un état de l’art (Fear-avoidance and its consequences in chronic musculoskeletal pain: a state of the art.). Department of Medical, Clinical and Experimental Psychology, Maastricht University, P.O. Box 616, 6200 MD, Maastricht, The Netherlands : Vlaeyen JW, Linton SJ.
[4] https://journals.plos.org/plosbiology/article?id=10.1371/journal.pbio.3000349
[5] Désavantage socioéconomique et la douleur (Socioeconomic Disadvantage and Pain). Ellen L. Poleshuck and Carmen R. Green.
[6] https://www.medicalnewstoday.com/articles/172943.php.
[7] Les disparités socioéconomiques dans la douleur: le rôle des difficultés économiques et des préoccupations financières quotidiennes. (Socioeconomic disparities in pain: the role of economic hardship and daily financial worry.). Health Psychol. 2011 Jan;30(1):58-66. doi: 10.1037/a0022025 : Arizona State University, AZ, USA. Rios R, Zautra AJ.