à  
Connexion

Les effets du télétravail durant le Covid-19: les dernières recherches en résumé

 Actualité.  URL de cette page.

La pandémie de Covid-19 a changé nos vies professionnelles, peut-être pour de bon. Le travail à domicile est désormais courant et nous sommes nombreux à le faire depuis des mois. Avec l’évolution des règles et des lignes directrices, certains d’entre nous sont même passés du télétravail au travail au bureau – en respectant les règles en vigueur-, pour finalement se retrouver en télétravail. Alors, que savons-nous de la façon dont ces changements affectent notre santé mentale – et que pouvons-nous faire pour améliorer notre nouvelle vie professionnelle?

 

Comment nous sentons-nous?

En janvier 2019 (avant le Covid-19), 35% des employés britanniques interrogés pour le CIPD [1] (un organisme professionnel des ressources humaines) ont déclaré que le travail avait un impact positif sur leur santé mentale, tandis que 27% ont déclaré que le travail avait un impact négatif. À l’été 2020, ces chiffres étaient passés respectivement à 34% et 26%. Au moins, sur ces indices, le Covid-19 n’a eu aucun impact évident.

Dans cette deuxième enquête, les employés ont signalé avoir des niveaux élevés d’anxiété dû aux risques de contracter le virus sur leur lieu de travail. Mais malgré cela, la moitié de ceux qui travaillaient à distance avaient hâte de retourner sur leur lieu de travail. Près de la moitié de toutes les personnes interrogées ont également déclaré que les liens sociaux au travail s’étaient détériorés. De toute évidence, bien que l’impact du travail lui-même sur notre santé mentale n’ait pas changé, les conditions de travail modifiées ont été – et causent – des difficultés, qui sont examinées plus en détail …

 

A quel point le télétravail est-il nuisible ?

«On peut affirmer que la crise sanitaire dû au COVID-19 a conduit à l’expérience sociale la plus importante et la plus intensive en terme télétravail numérique qui n’ait jamais eu lieu.»

Cette déclaration est tirée du site Web du projet en cours « Working@home » [2], dirigé par Abigail Marks de l’Université de Stirling, qui cherche à comprendre l’impact de cette «expérience». Comme le souligne l’équipe, certains commentateurs ont suggéré que le travail à domicile est émancipateur et améliore la flexibilité du travail. Cependant, l’équipe note également, «ce nouvel ordre mondial, où la maison devient un lieu de travail multi-professionnel, multi-personnes… non seulement défie les frontières mais aussi les conceptions de l’espace domestique. Alors, comment cela nous affecte-t-il?

Dans l’ensemble, pas top, selon leur enquête initiale auprès des travailleurs à domicile. Une personne sur trois a déclaré partager son espace de travail à domicile, 37% ont déclaré que les conflits à domicile avaient augmenté et près d’une personne sur quatre a déclaré qu’elle se portait mal ou très mal en termes de santé générale. Le déclencheur le plus souvent cité pour les conflits familiaux était «l’interruption ou le bruit pendant que vous travaillez».

 

Clés pour faire face au télétravail

Yanmengqian Zhou de l’Université Penn State et ses collègues ont étudié les symptômes de la dépression et de l’anxiété ainsi que les stratégies d’adaptation chez les adultes américains au cours des premiers mois de la pandémie. Leur étude [3], publiée dans l’International Journal of Environmental Research and Public Health, a révélé que les niveaux de «tension sociale» – quelqu’un d’autre faisant des demandes, ou critiquant ou simplement qui vous tape sur les nerfs – était le prédicteur le plus cohérent de ces symptômes de mauvaise santé mentale. Quiconque travaille à la maison avec son partenaire est certainement plus susceptible de subir ce type de tension, surtout si vous devez partager la même pièce.

 

Mais l’équipe a également identifié des stratégies utiles pour travailler en période de Covid-19. Ils recommandent de garder un horaire cohérent, de se rappeler que les choses iront mieux, de trouver des activités pour se distraire et de prendre soin des autres qui ont besoin d’aide. Aucune de ces stratégies ne vous empêchera de vous irriter, mais elles pourraient au moins atténuer un peu la tension.

 

Sur la base de leurs propres recherches, Kristen Shockley et Malissa Clark de l’Université de Géorgie recommandent également une sorte d’activité de délimitation travail-vie / vie personnelle [4] pour remplacer le trajet maison-boulot-maison perdu. Une simple promenade près de chez vous au début et à la fin de la journée de travail peut faciliter le basculement entre les rôles, disent-ils.

 

Surmonter le «privilège de présence»

Dans un récent numéro de la revue Occupational Health Science [5], dix experts ont été invités à commenter les problèmes au travail associés à Covid-19. Larissa K. Barber, de l’Université d’État de San Diego, affirme que le travail à distance étant désormais courant, il est temps de se débarrasser du «privilège de présence physique».

 

l impacte du télétravail sur notre bien êtreTraditionnellement, écrit Barber, «les réunions en présentielles sont préférables aux conférences Web, ce qui conduit à la connexion». Être physiquement présent sur le lieu de travail est également associé à l’attention au travail et à la productivité, ajoute-t-elle. Maintenant que le travail à distance est courant, Barber pense qu’il est grand temps que les organisations modifient leur façon de penser et consacrent également de l’énergie et des ressources à l’amélioration de ce style de travail pour les employés.

 

Une façon d’y parvenir est de respecter les limites technologiques de la même manière que nous respectons traditionnellement les limites physiques. «Faire irruption dans le bureau d’un collègue, le dîner de famille ou même la chambre pour une réponse immédiate au travail est antisocial. Pourtant, nous tolérons et encourageons des comportements similaires dans les communications électroniques », note Barber (quelque chose que quiconque ayant déjà reçu un e-mail de requêtes de son patron en dehors des heures de travail appréciera). Il ne s’agit manifestement pas d’un problème nouveau – mais peut-être qu’avec un passage massif au télétravail les organisations se sentiront désormais obligées d’établir des règles de base technologiques claires, dans l’intérêt de tous.

 

Reprendre le contrôle

impact du travail à domicile sur notre santé
La pandémie et les verrouillages qui y sont associés ont profondément remis en question notre autonomie – notre sentiment de contrôler nos actions et de voir également un alignement entre notre comportement et nos valeurs et objectifs personnels (un aspect de l’autonomie souvent appelé «authenticité») . L’autonomie est largement considérée comme importante pour le bien-être. Sans surprise, il y a eu un certain nombre d’études explorant comment le Covid-19 l’a affecté et comment nous nous sommes en conséquence sentis.

 

Un article récent, publié dans le Journal of Applied Psychology, a révélé que s’il y avait des pics de sentiments d’impuissance et d’inauthenticité dans les premiers jours de la pandémie, ces augmentations ont en fait commencé à s’estomper assez rapidement. L’équipe conclut que parce que le sentiment d’autonomie est si important pour nous, les participants ont apporté des changements dans leur vie pour le restaurer, même face au stress et aux restrictions continus. Toutes sortes de stratégies, comme décider de consacrer ce qui était autrefois le temps de trajet du travail à un passe-temps ou à un exercice, ou même simplement à se délecter de la capacité soudaine de porter ce qu’il voulait pour le travail (au moins sous la ceinture, lors des réunions Zoom) aurait pu aider.

 

D’autres chercheurs, y compris Adam Butler de l’Université de l’Iowa, dans le récent numéro spécial de Occupational Health Science, soulignent des études qui montrent que des perceptions plus élevées de contrôle sont associées à une réduction du stress chez les infirmières. Tout cela suggère que tout ce que les employeurs peuvent faire pour améliorer l’autonomie des employés au «travail» – et le travail à domicile comporte bien entendu ses propres défis – devrait être bon pour leur santé mentale.

 

Références
[1] https://www.cipd.co.uk/knowledge/work/trends/goodwork/covid-impact
[2] https://www.workingathome.org.uk/project-overview/
[3] https://www.mdpi.com/1660-4601/17/17/6315
[4] https://www.siop.org/Research-Publications/Items-of-Interest/ArtMID/19366/ArticleID/3454/Work-Family-Balance-Struggles-in-the-Time-of-COVID-19
[5] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7266131/

 

Photo de Paige Cody & de Campaign Creators & de Klara Kulikova sur Unsplash