à  
Connexion

Nouvelle relation amoureuse? Elle peut finir par suivre les mêmes schémas que les précédentes

 Actualité.  URL de cette page.

Entamer une nouvelle relation amoureuse peut sembler excitant et pleine de possibilités. Et pour beaucoup, cela peut sembler offrir l’opportunité d’échapper aux modèles de nos relations antérieures: peut-être y aura-t-il moins de disputes, ou peut-être que la nouvelle relation fournira un plus grand sentiment de satisfaction. Mais une étude récente suggère qu’une fois la période de lune de miel initiale terminée, la dynamique d’une nouvelle relation peut finir par être assez similaire à la précédente.

 

L’étude

Pour examiner les types de changements qui se produisent lorsque les gens passent d’un partenaire à l’autre, Matthew Johnson de l’Université de l’Alberta et Franz Neyer de Friedrich-Schiller-Universität Jena ont examiné les données du German Family Panel, une étude longitudinale qui a suivi plus de 12 000 personnes depuis 2008. Chaque année, les participants remplissent un sondage qui comprend l’évaluation de leur relation et de leur satisfaction sexuelle, la fréquence des rapports sexuels, la stabilité des relations et le degré de querelle avec leur partenaire ou d’admiration de leur part.

Dans leur nouvel article [1], publié dans le Journal of Family Psychology, l’équipe a analysé les réponses de 554 participants ayant eu une relation amoureuse qui avait duré assez longtemps pour être enregistrées dans deux enquêtes. Cela a fourni à l’équipe des données sur l’avant-dernière et dernière année d’une relation, et la première et la deuxième année de la relation suivante. En comparant les niveaux de satisfaction, d’instabilité, etc. à ces différentes étapes du couple, ils ont pu voir comment la dynamique évoluait dans les relations.

Les chercheurs ont constaté qu’à la fin de la première relation, tous les indicateurs se détérioraient: les gens devenaient moins satisfaits, se disputaient de plus en plus. Sans surprise, ces mesures se sont ensuite toutes améliorées lorsqu’ils ont commencé une nouvelle relation amoureuse. Un an plus tard, cependant, les indicateurs ont de nouveau chuté – la période de «lune de miel» s’était dissipée.

Mais lorsque les chercheurs ont comparé la première enquête de la première relation et la deuxième enquête de la deuxième relation – c’est-à-dire les phases les plus stables des relations amoureuses – les réponses étaient assez similaires. Il n’y avait pas de différences significatives dans la satisfaction sexuelle ou relationnelle, dans l’ampleur des conflits ou dans la perception de la stabilité. Seules deux indicateurs différaient: dans l’ensemble, les participants avaient plus de relations sexuelles et ont reçu plus d’admiration de leur partenaire dans la deuxième relation.

 

Conclusions de l’étude

Les auteurs concluent que nos relations amoureuses finissent par être assez similaires à celles qui les ont précédées.

Nous pouvons avoir l’impression qu’une nouvelle relation est différente ou meilleure, disent les chercheurs, parce que le conflit et les sentiments négatifs qui caractérisent la fin d’une relation précédente «jettent une longue ombre sur le souvenir de cette union».

 

Cependant, un manque de preuves de différences entre les relations ne signifie pas nécessairement que de tels changements ne se produisent pas. Il est particulièrement préoccupant que l’étude ait utilisé des mesures d’enquête très basiques: la plupart ne comportaient qu’une ou deux questions (par exemple, «Dans l’ensemble, dans quelle mesure êtes-vous satisfait de votre relation?»), et donc n’a peut-être pas été sensible à des changements plus subtils dans la dynamique des couples.

 

Mot de la fin

Et, comme le soulignent les chercheurs, même si en moyenne les gens ne voient pas beaucoup de différences entre leurs relations, certaines caractéristiques individuelles peuvent rendre les changements plus ou moins probables. Par exemple, l’équipe a constaté que le niveau de névrosisme des participants et la durée de la relation influençaient tous deux le modèle de résultats. «Des changements se sont produits pour certaines personnes», concluent-ils.
 

Références
[1] https://psycnet.apa.org/doiLanding?doi=10.1037%2Ffam0000523

Source : https://psycnet.apa.org/doiLanding?doi=10.1037%2Ffam0000523

Photo de Chichi Onyekanne sur Unsplash