à  
Connexion

Nouvelle théorie sur l’anxiété sociale et les 7 liens vers la dépression

Une nouvelle étude démontre les 7 caractéristiques principales qu’ont l’anxiété sociale et la dépression en commun. L’étude cherche aussi à savoir pour les personnes ayant été diagnostiquées du trouble de l’anxiété sociale et du trouble de la dépression, quel trouble à précéder l’autre et comment les résoudre.
60% des personnes diagnostiqués dépressif, souffrent chroniquement du trouble de l’anxiété. Et 20% des personnes ayant le trouble de l’anxiété ont une dépendance à l’alcool.

 

L’anxiété sociale et vous

Vous avez peut-être l’impression que vous ne serez jamais le centre d’attention d’une fête, mais vous aimeriez au moins être quelqu’un qui est capable de participer à des occasions sociales sans se sentir bloqué par l’anxiété. En effet, vous aimeriez pouvoir non seulement survivre à ces situations, mais aussi passer un bon moment. Malheureusement, vos antécédents ne sont pas si bons. Récemment, il y avait une fête pour le départ à la retraite d’un collègue bien-aimé, et vous vouliez être là pour honorer cette personne, mais vous ne pouviez pas surmonter vos craintes de devoir faire un discours et vous êtes donc resté à la maison. Lors de la dernière réunion de famille, vous étiez prêt à vous amuser, mais l’idée de s’asseoir à la table avec des membres de la famille élargie vous a amené à vous retirer et à passer la soirée à regarder les rediffusions de votre émission préférée.

 

L’anxiété sociale ou la peur d’être évaluées par d’autres

Anxiété sociale en famille ou entre amisLes personnes atteintes du trouble d’anxiété sociale éprouvent de vives craintes d’être évaluées par d’autres, ce qui les amène à se sentir si affligées qu’elles peuvent facilement devenir solitaires. Cependant, même en l’absence d’un diagnostic réel du trouble d’anxiété sociale, qui nécessite de répondre à un ensemble de critères spécifique, les personnes qui présentent les symptômes de l’anxiété sociale peuvent souffrir de doutes extrêmes sur la façon dont les autres les considèrent. La sensation d’être malheureux peut aussi friser avec le sentiment d’être en dépression et d’être désespéré. Dans une nouvelle étude menée par Julia Langer (2019) par des psychologues de l’Université Washington à Saint-Louis, le chevauchement des symptômes des deux types de troubles a été testé à l’aide d’une approche méthodologique unique. Les résultats de cette étude suggèrent des moyens d’approcher vos propres sentiments d’anxiété sociale et de dépression en traitant ces symptômes directement.

 

L’anxiété sociale et les troubles dépressifs

Selon Langer, L’anxiété sociale et les troubles dépressifs sont non seulement très répandus, mais, lorsqu’ils se produisent simultanément, ils deviennent la source d’une déficience particulièrement importante. Les chercheurs qui ont tenté de démêler la relation entre ces troubles n’ont pas examiné les symptômes spécifiques mais les facteurs généraux qui les sous-tendent. Les chercheurs de l’Université de Washington étaient d’avis que l’on pourrait gagner davantage en adoptant l’approche opposée, qui consiste à comprendre les relations entre les symptômes spécifiques des deux troubles. Dans leur modélisation statistique de la relation entre anxiété sociale et dépression, ils ont examiné le chevauchement des symptômes de chaque trouble afin de déterminer ceux qui reliaient la relation entre les deux. Comme ils le notent, «un symptôme reliant peut être conceptualisé comme un tremplin dans le passage d’un trouble à l’autre; la présence de ce symptôme augmente la probabilité qu’un individu développe le trouble secondaire » (p. 532).

En tenant compte de ces «symptômes reliant», nous pourrions nous poser la question de quelle façon le symptôme d’anxiété sociale, consistant à ne pas vouloir être entouré d’autres personnes, serait lié au symptôme dépressif du sentiment de tristesse. Il est logique que lorsque vous êtes submergé par la peur d’être évalué par d’autres personnes, que vous auriez également plus de chances d’avoir des difficultés à dormir. La nuit précédant cette fête pour votre collègue partant à la retraite, vous vous sentirez paralysé par la peur de faire un discours et vous aurez probablement tendance à vous retourner plutôt que de passer une bonne nuit de sommeil.

 

Quel lien entre l’anxiété sociale et les troubles dépressifs ?

Pour tester la validité de leur modèle, Langer et ses collègues ont utilisé un échantillon clinique de 130 femmes âgées de 18 à 59 ans (en moyenne 36 ans) chez lesquelles un diagnostic du trouble d’anxiété sociale et du trouble dépressif majeur avait été diagnostiqué. Les femmes ont réalisé des mesures de la phobie sociale / anxiété, de la dépression et une version abrégée de l’Inventaire à Cinq Facteurs, en utilisant des scores aux échelles de névrotisme et d’extraversion.
Plutôt que de simplement examiner les corrélations entre les mesures, les auteurs ont toutefois choisi des éléments spécifiques qui, selon eux, représenteraient les «nœuds» qui relieraient les symptômes. Les 7 nœuds étaient donc les suivants:

  • Anxiété dans une situation embarrassante avec une personne spécifique (une figure d’autorité, un étranger ou une figure romantique éventuelle).
  • Anxiété à devoir parler devant une autre personne spécifique (mêmes catégories que ci-dessus).
  • Intensité des sentiments de dépression.
  • Incapacité à se sentir heureux, comme le montre l’impossibilité de rire facilement ou d’être gaie.
  • Sentiments d’inutilité.
  • Irritabilité.
  • Humeur instable, par exemple, vous avez l’impression de «vous mettre en morceaux» lorsque vous êtes très stressé.

En modélisant la relation entre les symptômes de dépression et d’anxiété sociale, les auteurs ont identifié des liens entre irritabilité, sentiment d’inutilité, instabilité de l’humeur, humeur dépressive, affect positif, évitement social et peur sociale. Le symptôme clé «reliant» dans leur modèle s’est avéré être un sentiment d’inutilité. En revanche, la peur sociale et la dépression, les symptômes dits «caractéristiques» de chaque trouble, n’étaient pas directement liés. Cependant, les évaluations d’inutilité étaient liées aux peurs sociales provoquées par l’humeur dépressive et l’instabilité de l’humeur. Comme l’a noté l’équipe de recherche, il était impossible de déterminer si l’anxiété sociale était à l’origine de la dépression ou inversement. La direction des relations peut également différer d’une personne à l’autre. Vous pourriez être déprimé parce que vous êtes anxieux socialement ou votre anxiété sociale peut vous amener à vous sentir déprimé. Le sentiment d’inutilité joue un rôle central dans les deux troubles, dans les deux cas. Une fois que ces sentiments que vous n’avez pas mérités sont entrés en jeu, les autres symptômes de l’humeur et de l’anxiété peuvent se manifester à leur tour.

 

Thérapie ciblant des symptômes spécifiques de l’anxiété sociale et de la dépression

Dans les deux cas, les auteurs de l’Université de Washington ont conclu que, sur la base de leurs conclusions, il serait peut-être plus efficace pour les personnes cherchant une thérapie de recevoir des interventions ciblant des symptômes spécifiques des troubles plutôt que de les regarder de manière plus globale. Le symptôme reliant peut constituer un domaine sur lequel les thérapeutes peuvent se concentrer en raison de son rôle central dans les deux troubles. Comme ils le notent, «le fait de cibler un symptôme qui apparaît au centre du réseau peut faciliter la réduction des symptômes des deux troubles» (p. 537).

Une fois que vous sentez que vos symptômes peuvent être traités, vous pouvez être sur la bonne voie pour constater que vos sentiments d’effroi et de tristesse se tassent. Les occasions sociales peuvent être la source d’un grand accomplissement et, en réduisant votre anxiété, cet accomplissement sera d’autant plus réalisable.

Le Dr Michael R. Liebowitz, psychiatre et chercheur, a créé l’échelle d’anxiété sociale de Liebowitz ainsi qu’un test qui vous permet d’évaluer sur une échelle de 5 niveaux le degré de votre anxiété sociale. Effectuer le test en ligne d’anxiété sociale de Liebowitz et recevez directement votre résultat.

Source : Langer, J. K., Tonge, N. A., Piccirillo, M., Rodebaugh, T. L., Thompson, R. J., & Gotlib, I. H. (2019). Symptoms of social anxiety disorder and major depressive disorder: A network perspective. Journal of Affective Disorders, 243, 531–538. doi: 10.1016/j.jad.2018.09.078



Dans cet article

Anxiété

technique pouvant convenir : Psychothérapie


abordée par Julia K. Langer (psychologue)


Dépression

abordée par Julia K. Langer (psychologue)