à  
Connexion

3 façons de vivre avec vos erreurs du passé

 Actualité.  URL de cette page.

De nouvelles recherches montrent comment accepter votre vie, vos défauts et tout le reste.

Points clés

  • Dans la pensée contrefactuelle, les gens se souviennent d’événements passés dont ils auraient souhaité qu’ils se déroulent différemment.
  • De nouvelles recherches documentent les inconvénients de ce type de voyage mental dans le temps, mais suggèrent également une issue.
  • En utilisant la mémoire à votre avantage, vous pouvez tisser une histoire de votre vie qui favorise votre épanouissement.

 

Lorsque vous repensez aux événements importants, ou peut-être insignifiants, de votre vie, à quelle fréquence imaginez-vous une fin différente de celle qui s’est produite ? Peut-être étiez-vous assis à table avec un groupe de vos amis proches lorsque, sans raison apparente, vous avez laissé échapper un secret sur l’un d’eux que vous aviez promis de garder sous silence. C’était un secret assez sérieux. Cette personne vous avait mis en confiance pour vous révéler qu’elle était sur le point de mettre fin à sa relation. Vous pouvez voir sur leur visage que le fait de laisser échapper cela au groupe était bouleversant et blessant. Tous les autres autour de la table semblaient choqués que vous ne puissiez pas garder ce secret pour vous. Il est probable qu’aucun d’entre eux ne vous fera plus vraiment confiance, surtout la personne que vous avez offensée.

Des jours, voire des semaines plus tard, vous continuez à ruminer votre effroyable gaffe et vous continuez à réécrire le scénario pour que, dans celui-ci, vous restiez silencieux. Vous savez qu’il n’y a aucun moyen de démentir ce que vous avez dit, ce qui rend vos auto-récriminations encore plus douloureuses. Les psychologues qualifient ce type de « voyage dans le temps » mental de pensée contrefactuelle. Lorsque cela devient une force imparable dans votre vie quotidienne, cela peut devenir une source de détresse émotionnelle.

 

 

Les inconvénients de la pensée contrefactuelle
Selon Jared Branch de l’Université d’Avila (2023), il n’y a rien de mal à voyager dans le passé, en plongeant dans ce qu’on appelle votre « mémoire épisodique personnelle » (c’est-à-dire le souvenir d’événements passés de votre vie). Le problème surgit lorsque ces informations deviennent contrefactuelles, car des recherches antérieures montrent des liens entre ce type de remaniement mental et la dépression et potentiellement le trouble de stress post-traumatique (pour les personnes se souvenant d’un événement traumatisant).

 

En termes de liens avec la personnalité, la mémoire contrefactuelle est liée à des scores élevés sur les traits du névrosisme (tendance à s’inquiéter et à être anxieux) et à des scores faibles sur l’agréabilité (chaleur et gentillesse). Le lien avec le névrosisme semble assez évident. En termes d’agrément, cependant, pensez à la façon dont revivre des événements passés mais imaginer des résultats différents pourrait soit rendre quelqu’un amer (faible en agrément), soit être dû à une attitude cynique envers la vie et à ne pas regarder le bon côté, mais le côté obscur, de la vie.

 

 

Tester les causes possibles de la pensée contrefactuelle
Branch souhaitait en savoir plus sur les raisons pour lesquelles les gens sont tourmentés par des pensées contrefactuelles négatives sur le passé. Il cherchait non seulement à confirmer les découvertes précédentes, mais également à élargir ses recherches sur des traits tels que l’optimisme, la propension à la fantaisie et la perspective temporelle en général. Vivre constamment dans le passé, en particulier avec une attitude pessimiste (en plus d’un névrosisme élevé et d’un faible agrément), pourrait devenir une force importante qui alimente la pensée contrefactuelle.

 

En commençant par administrer des questionnaires à son échantillon en ligne de 143 étudiants de premier cycle, Branch a ensuite demandé à ceux qui avaient choisi de participer s’ils rempliraient un registre quotidien de leurs pensées dans leur vie quotidienne, et 88 de l’échantillon initial ont rempli ce journal de l’étude. Dans un deuxième échantillon plus large (373 étudiants de premier cycle), Branch a utilisé une seule séance de mesure, car l’étude du journal n’a pas produit les résultats escomptés. Bien qu’il ait essayé d’obtenir des pensées contrefactuelles en temps réel, l’exercice fût un échec, peut-être parce que les étudiants n’ont pas complètement compris la tâche (comme imaginer comment un accident de voiture aurait pu se dérouler différemment), ou que la méthode n’avait pas été efficace, voir d’autres défauts.

 

La deuxième étude a introduit différents questionnaires avec une portée plus large pour évaluer la personnalité et d’autres contributions à la pensée contrefactuelle sans incorporer la partie tenue de registres quotidiens de la première étude. Les mesures clés de cette étude étaient la pensée contrefactuelle « involontaire » (c’est-à-dire être en proie au désir de retravailler des événements passés) et la pensée contrefactuelle « volontaire » (c’est-à-dire se forcer à avoir ces pensées). Essayez de vous évaluer sur base des questions ci-dessous de chaque échelle :

 

Involontaire:

  • Lorsque je me détends ou que je fais un travail de routine, des pensées sur des événements passés et sur la façon dont j’aurais pu les faire différemment me viennent d’elles-mêmes à l’esprit, sans que j’essaye consciemment de les évoquer.
  • Des pensées sur la façon dont les événements personnels auraient pu être différents me viennent à l’esprit d’elles-mêmes, sans que j’essaye consciemment de les évoquer.
  • Certains lieux ou endroits évoquent des réflexions sur des événements passés et des façons dont j’aurais pu les faire différemment, sans que j’essaie consciemment de m’en souvenir.
  • Après qu’un événement surprenant se soit produit, je réfléchis spontanément à la façon dont cela aurait pu être différent, sans essayer consciemment. Cela me tombe dessus, m’envahi spontanément.
  • Certaines émotions, humeurs ou pensées évoquent des pensées sur des événements passés et des façons dont j’aurais pu les faire différemment, sans que j’essaie consciemment de m’en souvenir.
  • Quand je m’ennuie, des pensées sur la façon dont les événements passés auraient pu être différents me viennent d’elles-mêmes à l’esprit, sans que j’essaye consciemment de m’en souvenir.
  • Après avoir vécu quelque chose qui a fait une forte impression, je réfléchis spontanément à la façon dont cela aurait pu être différent, sans essayer consciemment. Cela me tombe dessus, m’envahi spontanément.
  • Lorsque je suis physiquement actif, par exemple en marchant, en faisant du vélo ou en courant, des pensées sur la façon dont les événements passés auraient pu être différents me viennent d’elles-mêmes à l’esprit, sans que j’essaie consciemment de m’en souvenir.
  • Écouter de la musique ou des chansons me fait penser à des événements passés et à la façon dont j’aurais pu les faire différemment, sans que j’essaie consciemment de m’en souvenir.
  • Certaines expériences sensorielles, telles que certaines odeurs ou certains goûts, évoquent des pensées d’événements passés et des façons dont j’aurais pu les faire différemment, sans que j’essaie consciemment de m’en souvenir.

 

Volontaire:

  • Lorsque je m’ennuie ou que je fais un travail ennuyeux, je repense volontairement et délibérément aux expériences passées et je pense aux façons dont j’aurais pu les faire différemment.
  • Après que quelque chose de surprenant s’est produit, j’y repense volontairement et délibérément dans mon esprit et je pense à la façon dont cela aurait pu être différent.
  • Lorsque je me détends ou que je fais un travail de routine, je repense volontairement et délibérément aux expériences passées et je pense aux façons dont j’aurais pu les faire différemment.
  • Après qu’un événement s’est produit, j’y repense volontairement et délibérément dans mon esprit et j’essaie de réfléchir à la manière dont il aurait pu être différent.
  • Lorsque j’écoute de la musique ou des chansons, je repense volontairement et délibérément aux expériences passées et je réfléchis à la façon dont elles auraient pu être différentes.

 

En ce qui concerne les résultats, que signifient des scores élevés à ces mesures ? Comme Branch l’avait prédit, les deux étaient positivement liés à l’anxiété, au stress, aux émotions négatives et à une tendance à la rumination (par exemple, « Qu’est-ce que je fais pour mériter ça ? »). Les personnes ayant un niveau de pleine conscience plus élevé ont obtenu des résultats inférieurs à ces mesures, ce qui signifie que rester dans le présent peut être un moyen de ne pas se laisser entraîner dans une pensée contrefactuelle. Les personnes souffrant de dépression se livraient aux deux types de pensée contrefactuelle, ainsi que celles dont le style de pensée était classé comme « émotionnel » (c’est-à-dire « Quand je suis triste, c’est souvent un sentiment très fort. »).

 

D’autres relations importantes émergeant des résultats comprenaient les relations avec une émotivité négative, mais ceux dont la réflexion était plus élevée sur le volontariat étaient également plus élevés sur des mesures telles que l’ennui et étaient moins susceptibles d’être optimistes. La perspective temporelle passée n’avait aucun rapport avec la pensée contrefactuelle, ce qui a conduit Branch à conclure qu’elle « existe en tant que catégorie distincte de voyage mental dans le temps ». En d’autres termes, c’est bien de repenser au passé, mais des dangers se cachent lorsque l’on tente de le réécrire.

 

 

3 façons de garder la pensée contrefactuelle à distance

Connaître tous les inconvénients de la pensée contrefactuelle peut vous aider à trouver des moyens plus rationnels de vous souvenir de vos propres erreurs ou malheurs passés.

  • Répondez aux questionnaire ci-dessus (involontaire-volontaire). Vous pouvez utiliser les questionnaires reproduits ici pour vérifier vos propres tendances et voir où vous pourriez potentiellement renverser cette tendance globale.
  • Utilisez la pleine conscience. Vivre dans le présent et prêter attention à ce qui se passe ici et maintenant peut chasser ces événements douloureux dont vous souhaiteriez une fin différente. Vous pouvez également ajouter un autre élément des approches thérapeutiques basées sur l’acceptation dans lesquelles vous remarquez ces pensées (qu’elles soient volontaires ou involontaires), reconnaissez leur présence et les intégrez dans l’histoire que vous racontez sur votre vie. Oui, vous avez fait une erreur ou une chose horrible s’est produite, mais la retravailler ne changera pas cette réalité.
  • Engagez votre avenir. Ajouter à la voie de sortie de cette activité mentale improductive peut engager votre future machinerie de voyage dans le temps. Imaginez que vous trouviez un moyen de rattraper cette erreur passée, comme votre malheureuse révélation du secret. Imaginez-vous approcher votre ami et trouver un moyen de faire amende honorable. Partagez vos sentiments à ce sujet et voyez s’il existe un moyen de parvenir à une compréhension mutuelle.

 

En résumé, les souvenirs sont une partie essentielle du tissu de votre personnalité et de votre identité. Faire la distinction entre les souvenirs qui aident et ceux qui entravent votre bien-être peut vous aider sur votre chemin vers l’épanouissement.

 

Références
Branch, J. G. (2023). Individual differences in the frequency of voluntary & involuntary episodic memories, future thoughts, and counterfactual thoughts. Psychological Research, 87(7), 2171–2182. doi:10.1007/s00426-023-01802-2

 

 

Photo de Rick Gebhardt sur Unsplash


LesPraticiens.fr